Information

Oies: l'Oie de la Vire et de la Tonne

Oies: l'Oie de la Vire et de la Tonne

Origine, diffusion et caractéristiques économiques

Origine: Belgique.

Aujourd'hui en Belgique, les oies sont élevées uniquement à des fins de production, contrairement à la France et à l'Allemagne, où les particuliers se reproduisent également à des fins amateurs et pas seulement pour la production de foie gras ou comme plat principal de Noël. en Belgique, les vrais éleveurs passionnés de cette espèce sont rares. Il y a quelques années, la situation était bien différente. Dans certaines régions, l'élevage des oies était relativement répandu, tant pour la production de plumes (moins répandue) que pour la viande. À partir de ces quelques passionnés locaux, des sélections se sont développées pour créer des races indigènes, bien que de manière moins courante. La plus célèbre de ces variétés est sûrement la loca flamande, encore élevée par quelques fans en Flandre. Mais cette race est rarement vue dans les expositions de volaille, et celles qui apparaissent sont généralement de qualité moyenne. Cela témoigne de l'intérêt limité de la Belgique pour l'élevage de l'oie, contrairement au canard qui joue un rôle plus important dans la cuisine locale. Pire encore, la situation des variétés locales dans le sud du pays, où la loca de la Vire et le Ton a été beaucoup plus négligée que la flamande, au point de presque provoquer son extinction. Il était autrefois élevé en grand nombre dans les vallées de la Vire et du Ton, d'où il tire son nom, notamment pour la viande et, en Alsace, pour le foie gras. Semblable au flamand, mais légèrement plus petit en taille, il semble qu'il ait été créé avec l'utilisation de l'oie d'Alsace.
Au milieu des années 90, il y a eu un regain d'intérêt soudain pour cette race ancienne, et certains éleveurs, ou plutôt des amateurs nostalgiques tardifs, de la province méridionale du Luxembourg, ont travaillé pour rendre l'oie Vire et Ton. Avec l'utilisation d'oies grises locales et certaines importées de France, la tentative a été un succès. Au début des années 2000, ces oies sont réapparues, encore plus d'une exposition locale et deux fois à Agribex. Les animaux exposés semblaient qualitativement meilleurs que l'oie flamande, et les Belges espèrent qu'une sélection méticuleuse de ces deux oies pourra se poursuivre à l'avenir. Surtout pour les Flamands maintenant presque complètement disparu de la scène. En décembre 2006, le nouveau standard Goose de la Vire et Ton a été rédigé.

Louis Vander au début des années 1900 a écrit un article intéressant sur cette minuscule oie grise exhumée in extremis:
Chaque cour a ses oies. Ces oiseaux paissent tous les matins et rentrent chez eux tous les soirs. Le gardien, un jeune homme du village, entreprend à un certain moment le voyage, armé d'une longue perche mince et muni d'un chiffon. Il passait de maison en maison, donne un signal et le nombre d'oies augmente, en se déplaçant le long de la vallée il semble que coulent deux rivières, la Vire et la Ton, qui se fondent dans Virton. Selon la direction qu'il indique avec le manche, le groupe se déplace vers la gauche ou vers la droite. Mais le gardien des oies n'est pas le vrai commandant. Très souvent, les oies ne font que jouer le rôle de leur bande de clowns. Le groupe n'a qu'un seul chef, et c'est le mâle qui domine le peloton avec la longueur du cou. En marchant, avancez toujours. Les oies sont très paisibles, certainement de loin en octobre. Il arrive souvent que lorsqu'ils quittent le tuteur pour lui, il n'y a rien d'autre à faire que de rentrer chez eux.
Mais quand le ciel s'assombrit, le gardien sera toujours en retard, revenant avec son troupeau, car les oies, pour chaque groupe, seront déjà dans leur propre cour.

Caractéristiques morphologiques

Coupez-le: petite.
Poids moyen:
- Homme a. 4,5 kg
- Femme a. 4 kg.

Loca del Vire et Ton est très petite et sa descente avec des loca sauvages (Anser anser) est très proche. Le plumage est gris gris, doux et abondant. Col très court sans fanon. Tête puissante avec crâne bien arrondi. Petits yeux entourés de filet d'oeil orange et iris brun. Bec fort et haut et ligne droite orange dorsale. Poitrine large et ni trop développée ni trop profonde. Corps gracieux, sans lourdeur en amande et abdomen sans poches ventrales. Un seul sac dans la vieillesse. Habit horizontal surtout chez les femelles. Tarse rouge orangé

Merci à Francesco Silletta

Oie de la Vire et de la Ton (photo http://bbneerhofdieren.be)


Vidéo: IN SITU GAVAGE DOIES (Août 2021).