Information

Parc national des Abruzzes, du Latium et du Molise - Abruzzes, Latium et Molise

Parc national des Abruzzes, du Latium et du Molise - Abruzzes, Latium et Molise

Type de zone protégée - Où elle se trouve

Typologie: Parc national; établi avec R.D.L. 11 janvier 1923, no. 257; Décret présidentiel 30 juin 1951, D.P.R. 10 janvier 1990 et D.P.C.M. 26 novembre 1993.
Région: Abruzzes, Latium, Molise
Provinces: LAquila, Frosinone, Isernia

Le parc national des Abruzzes, du Latium et du Molise est le deuxième parc national italien à avoir été créé (en 1923, un mois seulement après celui du Grand Paradis). Aujourd'hui, il protège une superficie de 50683 (plus 80000 hectares de zone de protection externe), la plupart dans les Abruzzes, le reste dans le Latium et le Molise (la chaîne de montagnes Mainarde, à cheval sur ces deux dernières régions, n'a été incluse dans le parc que dans le 1990). Le cœur du parc se compose des montagnes Meta, avec les sommets du Monte Petroso (2 247 m) et du Meta (2 241 m). Le symbole de l'aire protégée est l'ours marsican, sous-espèce d'une taille légèrement plus petite que l'ours brun des Alpes.

Monte Petroso et Lago Vivo - Parc national des Abruzzes, du Latium et du Molise (www.comune.barrea.aq.it)

Description

Les chaînes de montagnes comprises dans le parc national des Abruzzes, du Latium et du Molise occupent une plage d'altitude comprise entre 900 et 2200 mètres d'altitude. Le paysage est très varié, avec l'alternance de pics arrondis et de pentes rocheuses similaires au paysage alpin. La rivière Sangro avec ses affluents occupe la partie centrale, tandis que d'autres ruisseaux (Giovenco, Melfa et Volturno) coulent dans la partie extérieure du parc. Karst rend de nombreux cours d'eau souterrains, retournant à la surface en aval, où ils donnent naissance à des sources. Il y a deux lacs sur le territoire du Parc: un artificiel (lac Barrea, alimenté par la rivière Sangro) et un naturel (lac Vivo, qui occupe une dépression tectonique à environ 1600 m d'altitude).
Les traces produites par les anciennes glaciations qui ont façonné le paysage sont clairement visibles: cirques glaciaires, dépôts morainiques et rochers enfoncés le long des vallées. Les roches du parc sont majoritairement calcaires (originaires entre 170 et 30 millions d'années de dépôts marins typiques des zones lagunaires et récifales comme les algues, les coraux, les mollusques bivalves et les gastéropodes), avec la présence de dolomites dans le Zone de Camosciara. Il existe différents types de sédimentation qui rendent l'ensemble du territoire très intéressant d'un point de vue géologique.
Les premières traces d'établissements humains remontent à l'ère paléolithique (il y a environ 20 000 ans). À l'époque historique, ces lieux étaient habités par des populations préromanes (Marsi, Peligni et Sanniti).
Les traces de l'époque romaine sont représentées par des plaques et des inscriptions. Par la suite, ces zones ont été affectées par les invasions de Lombards et les raids des Sarrasins. La construction de nombreux villages remonte au Moyen Âge, perchés sur des collines et des reliefs en pierre, que l'on trouve encore aujourd'hui à l'intérieur du parc. Une marque claire, plus récemment, a été donnée par le Royaume Bourbon des Deux-Siciles à travers la culture, les traditions, les coutumes et la langue. Malheureusement, la plupart du patrimoine architectural et historique le plus précieux a été perdu, à la fois pour le terrible tremblement de terre de 1915 qui a détruit la majeure partie de Marsica, et pour le fort développement touristique des années soixante et soixante-dix du siècle dernier, qui a favorisé une spéculation immobilière considérable. .
Malgré l'importance croissante du tourisme, les activités traditionnelles telles que l'élevage ovin, l'agriculture, la sylviculture et l'artisanat restent importantes.

La faune et la flore

En ce qui concerne la flore, près de 2 000 espèces de plantes supérieures sont présentes dans le parc, en plus des mousses, des lichens, des algues et des champignons. Parmi les espèces endémiques, l'iris marsica mérite une mention particulière, qui ne pousse que dans certaines zones et qui fleurit à la fin du printemps. Il existe de nombreuses espèces d'orchidées, y compris la belle chaussure de Vénus ou la pantoufle de la Madone (Cypripedium calceolus), également à floraison tardive du printemps. Une autre rareté botanique est le pin noir de Villetta Barrea (Pinus nigra), une espèce relique datant probablement du Tertiaire (des spécimens se trouvent dans certaines zones de Camosciara et Val Fondillo). Dans la région de Camosciara se trouve également le pin de montagne (Pinus mugo), une relique glaciaire qui occupe la ceinture de végétation sous les prairies de haute altitude.
Le hêtre est l'arbre le plus répandu du parc et se situe entre 900 et 1 800 mètres d'altitude, occupant plus de 60% de la surface totale du parc.
Au-delà de la lisière des forêts, se rencontrent genévrier nain, myrtille et busserole.
Les prairies d'altitude, qui avec les prairies et les clairières couvrent plus de 30% de la surface du parc, occupent des crêtes et des sommets à environ 1 900-2 000 mètres d'altitude. Aux beaux jours, vous pourrez admirer de splendides fleurs de gentianes, gentianes, primevères, cyclamen, violettes, anémones, scilias, lis, orchidées, saxifrages, renoncules, asperules, dentaires, ofridae, hellébores, lys (rouge et martagon, gentiane, chaussure de Madone. et Iris marsica.hepatic.
Les principes du parc sont certainement les ours et les loups marsicains, ces derniers en grave danger d'extinction vers les années soixante-dix du siècle dernier et aujourd'hui au contraire en net rétablissement un peu dans tout le nord des Apennins. Une autre espèce symbole est le chamois des Abruzzes, étroitement apparenté à celui des Pyrénées, dont il constitue une sous-espèce (Rupicarpa pyrenaica ornata). Plus maigre que le chamois alpin (Rupicarpa rupicarpa), il a un design facial différent et des cornes plus longues. Les autres mammifères sont l'écureuil, le renard, le chat sauvage, le sanglier et le lynx, présents avec certains individus dans les zones les plus sauvages. Les oiseaux ne manquent pas: seuls des pics sont présents jusqu'à sept des neuf espèces répandues en Italie. Dans les formations de pins de montagne (Pinus mugo) qui occupent la zone de transition entre la limite supérieure de la forêt de hêtres (1800 m) et les prairies supérieures, il y a le merle avec le collier, le pinson, le chardonneret, le limande et le coucou.

Lac Barrea - Parc national des Abruzzes, du Latium et du Molise (photo http://flavio.tordini.org)

Lac Barrea

Type: Zone humide d'importance internationale (Ramsar) reconnue par D.M. 14/12/76
Superficie: 303 hectares
Communes: Barrea, Civitella Alfedena, Villetta Barrea
Province: LAquila
Le lac Barrea est un bassin artificiel provenant de la barrière de la rivière Sangro, près de l'embouchure de Barrea, construite en 1951.

Mugheta de haute altitude - Parc national des Abruzzes, du Latium et du Molise (photo http://flavio.tordini.org)

Informations pour la visite

Comment avoir:
En voiture:
- de Rome: autoroute A24 / A25 Rome-LAquila-Pescara, sortie Celano ou Pescina, continuer jusqu'à Bisegna (ou jusqu'à Gioia dei Marsi), ou autoroute A1 Rome-Naples, sortie Frosinone, continuer jusqu'à Sora-Forca d'Acero en traversant le côté Lazio du parc.
- du sud: autoroute A1 jusqu'à la sortie Caianello et continuer en direction de Venafro et Alfedena.

Centres d'accueil:


- Pescasseroli (AQ): musée naturaliste, jardin des Apennins et parc animalier.
- Civitella Alfedena (AQ): musée du loup et réserve faunique du loup et du lynx.
- Villavallelonga (AQ): musée de l'ours, réserve faunique des cerfs et des ours, étang pédagogique, potager et jardin botanique.

Directeur:
Autorité du parc national des Abruzzes
Via Santa Lucia
67032 Pescasseroli (AQ)
Site Web: www.parcoabruzzo.it


Vidéo: Is Abruzzo Italys best kept secret? (Juillet 2021).