Information

Parc Naturel des Dolomites du Frioul - Frioul-Vénétie Julienne

Parc Naturel des Dolomites du Frioul - Frioul-Vénétie Julienne

Type de zone protégée - Où elle se trouve

Typologie: Parc naturel régional; établi avec L.R. 30 septembre 1996, n. 42.
Région: Friuli-Venezia Giulia
Provinces: Pordenone, Udine

Le Parc Naturel des Dolomites du Frioul couvre une superficie de 36 950 hectares dans la chaîne de montagnes du même nom dans les Alpes orientales, dans les provinces de Pordenone et d'Udine.

Monte Duranno - Parc Naturel des Dolomites du Frioul (photo www.parcodolomitifriulane.it)

Description

Les Dolomites du Frioul sont un groupe de montagnes sauvage et encore peu connu situé dans l'ouest du Frioul entre la Valcellina et la vallée du Tagliamento au nord. La nature a travaillé sur la roche par opposition aux pyramides de terre avec les dépôts d'anciens glaciers, aux pylônes de roche stratifiée les formes karstiques les plus variées. L'un des points les plus panoramiques et évocateurs des Dolomites frioulanes est le Campanile di Val Montanaia, composé d'une flèche de 300 m de haut et d'une base de 60 m qui s'élève isolée au centre de la vallée. Les plus hauts sommets sont le Monte Duranno (2 652 m), le Monte Pramaggiore (2 479 m) et le Monte Cornaget (2 323 m).
La végétation est riche et comprend de nombreuses espèces glaciaires reliques. La proximité relative de la mer, l'abondance des pluies et l'orientation des montagnes déterminent l'élévation des ceintures de végétation. Jusqu'à mille mètres dominent les bois thermophiles, suivis par les bouches mixtes d'épinette, de hêtre et de sapin blanc. Au-dessus, le mélèze et le muguet commencent à prévaloir.
Grâce au degré élevé de nature sauvage dû à la réduction de l'anthropisation et à la difficulté d'accès, les Dolomites frioulanes possèdent un riche patrimoine faunistique. Parmi les nombreuses espèces, on se souvient du chevreuil, du chamois, du bouquetin, du tétras lyre, du tétras, du lagopède alpin, de la buse mellifère, du pic noir, du hibou capogrosso, de l'aigle royal.
La découverte (en 1994) dans la région de Casera Casavento d'empreintes fossilisées d'un dinosaure théropode, imprimée sur les Dolomites principales déposées dans le Trias supérieur, est d'une importance paléontologique particulière.

La tragédie de Vajont

Aussi la vallée de Longarone avec le lac de la Vajont il est situé à l'intérieur du parc, à la frontière avec la Vénétie. Le soir du 9 octobre 1963, un gigantesque glissement de terrain a plongé dans le réservoir (plus d'un tiers plein): la force du glissement de terrain a créé deux vagues, l'une vers la montagne, qui a balayé les villages sur les rives du lac, et l'autre vers la vallée. , qui a frappé le barrage. Ce dernier a résisté à la force sans précédent du glissement de terrain et la vague, qui a franchi la barrière, synchronisée dans l'étroit canyon du Vajont, est sortie de la gorge avec un front d'eau de 70 mètres et est tombée sur Longarone et les villages voisins, les submergeant. Les victimes de la catastrophe, qui a eu lieu en quelques minutes, étaient 2018.
Le glissement de terrain de Vajont était le résumé d'un événement géologique complexe dans lequel l'action de l'homme est entrée: un entrelacement dans lequel les causes de l'événement dramatique peuvent être trouvées. Le scénario de la tragédie d'il y a 165 millions d'années faisait partie d'un escarpement sous-marin qui servait de lien entre une zone océanique peu profonde et profonde. De fréquents glissements de terrain ont affecté cet escarpement, transportant vers le bas les matériaux accumulés dans la partie moins profonde et favorisant la formation de roches calcaires homogènes. Plus tard, lorsque les glissements de terrain furent plus rares et modestes, les gisements se sont organisés en fines couches de calcaire, alternant avec des niveaux d'argile et de boue. Cette séquence est un élément potentiel d'instabilité d'un relief; le glissement de terrain du Monte Toc, en effet, n'a pas impliqué la base de roches calcaires homogènes, seulement l'alternance inégale de calcaires et d'argiles. De plus, ces derniers ont agi comme des matériaux lubrifiants lors du mouvement du glissement de terrain, facilitant le glissement. A partir d'il y a 30 millions d'années les gisements et la couche rocheuse sous-jacente ont été fracturés et rehaussés dans le cadre de la formation de la chaîne alpine, assumant une inclinaison considérable (autre cause d'instabilité du relief) et allant constituer les pentes du Monte Toc. Au cours des 2 derniers millions d'années, l'action des agents atmosphériques et des glissements de terrain ont façonné les pentes de diverses manières, donnant à la vallée du Vajont l'apparence qu'elle avait avant la catastrophe. Au tournant des années cinquante et soixante du siècle dernier, juste en amont de la confluence avec la Piave, le Vajont était bloqué par un barrage, qui devait faire partie d'un réseau de réservoirs et de pipelines pour exploiter les eaux du bassin versant de la Piave à des fins hydroélectriques . Dans ce réseau, le lac du Vajont aurait dû jouer un rôle clé et, dans ce cadre, le barrage a été repensé pendant le projet et agrandi à une hauteur de 264,6 mètres, pour un réservoir total de 168 millions de mètres cubes. En 1959, quand il fut achevé, c'était le plus grand du genre au monde et le deuxième en importance. Les essais ont commencé en 1960, mais le remplissage du bassin a révélé une certaine instabilité des berges, notamment celle de gauche, d'où le 4 novembre 1960 un petit glissement de terrain s'est produit qui s'est glissé dans le lac. Des techniciens et des experts ont émis l'hypothèse de nouveaux détachements: selon une thèse, des glissements de terrain ultérieurs de dimensions modestes étaient attendus; selon un autre, un seul gros feuillet. Ce à quoi personne ne s’attendait, c’était la rapidité et la violence avec lesquelles le phénomène s’est produit. L'usine de Vajont n'a jamais été officiellement mise en service. La zone sinistrée n'a jamais fait l'objet de restauration.
Une exposition documentant la catastrophe est mise en place au Centre d'accueil d'Erto et Casso.

Monfalconi - Parc Naturel des Dolomites du Frioul (photo www.parcodolomitifriulane.it)

Informations pour la visite

Comment aller là:
Valcellina
: les centres d'Andreis, Barcis, Cimolais, Claut, Erto et Casso et Montereale Valcellina sont accessibles depuis les autoroutes:
- Au 28 VENEZIA - PORDENONE, sortie Pordenone, puis suivre les indications de la SS 251 pour Maniago, Montereale Valcellina et Valcellina;
- A27 VENEZIA - BELLUNO, sortie Cadore-Dolomiti, puis suivre les panneaux pour la SS 51 pour Cortina jusqu'à Longarone, puis pour la SS 251 pour la Valcellina.
Val Tagliamento: les centres de Forni di Sopra et Forni di Sotto sont accessibles depuis l'autoroute:
- A23 UDINE - TARVISIO, sortie Carnia-Tolmezzo, en suivant les pieuses indications de la SS 52 pour Passo Mauria;
- A27 VENEZIA - BELLUNO, sortie Cadore-Dolomiti, puis suivre les indications de la SS 51 pour Cortina jusqu'à Tai di Cadore, puis suivre les indications pour Auronzo de la SS 51 / b. Continuez ensuite en suivant les indications de la SS 52 pour Passo Mauria.
Val Tramontina et Val Colvera: les centres de Frisanco et Tramonti di Sopra sont accessibles depuis l'autoroute:
- A28 VENISE - PORDENONE, sortie Pordenone, puis suivre les panneaux pour la SS 251 pour Maniago. De Maniago continuez vers Frisanco en suivant les indications pour la SP 26 du Val Colvera, pour Tramonti di Sopra en suivant les indications pour la SS 552.

La gestion:

Autorité du parc naturel des Dolomites du Frioul
Via V. Emanuele II, 27
33080 Cimolais (PN)
Site Web: www.parcodolomitifriulane.it


Vidéo: GoPro - trekking Dolomiti - 2014 (Août 2021).