Information

Plantes en pot: Ficus, Ficus beniamino, Ficus benjamina, Ficus decora, Ficus lyrata, Ficus nerifolia, Ficus pumila

Plantes en pot: Ficus, Ficus beniamino, Ficus benjamina, Ficus decora, Ficus lyrata, Ficus nerifolia, Ficus pumila

Classification, origine et description

Nom commun: Ficus.
Gentil: Ficus.

Famille: Moracee.

provenance: pays tropicaux ou subtropicaux (Inde, Chine, Asie du Sud-Est).

Description du genre: il comprend environ 800-1000 espèces de plantes, de forme et de taille variables: en fait, on trouve à la fois des plantes de taille modeste et des plantes qui, dans leur lieu d'origine, deviennent de grands arbres; ou plantes à feuilles persistantes ou caduques. Généralement, ce sont des plantes délicates car elles proviennent de pays tropicaux ou subtropicaux (Inde, Chine, Asie du Sud-Est). Une caractéristique commune à tous les Ficus, voire à toutes les espèces appartenant à leur famille, les Moracées, est la présence dans les tissus de canaux lacticifères, contenant un latex (ou latex) blanc, dense et collant, probablement produit à des fins antiprédatoires. Ce liquide peut être irritant pour les yeux et la peau. Dans les pays dorigine, ce latex, fait pour sortir de petites incisions pratiquées sur le tronc de certaines espèces de Ficus, produit un caoutchouc de bonne qualité; par conséquent, ces usines sont également importantes d'un point de vue économique et commercial. Le Ficus elastica est l'un des arbres les plus utilisés pour la production de caoutchouc; il est d'une telle importance qu'il est souvent indiqué par le nom commun de figue de la gencive. Un autre usage certainement plus ancien que certaines espèces de Ficus ont en commun est celui d'un arbre sacré et pour cette raison gardien des temples.
Il est intéressant de s'attarder sur les grandes dimensions et les hauteurs considérables que certains Ficus atteignent dans leurs habitats naturels, pour bien comprendre la grandeur et la majesté de ces espèces: le Ficus elastica et le Ficus benjamina peuvent facilement atteindre 30 mètres de hauteur dans les pays Dorigo; si ces espèces sont plantées et cultivées à d'autres latitudes, dans un environnement présentant de nombreuses caractéristiques de l'original, comme la Sicile, elles peuvent atteindre 20 mètres, une hauteur plus basse mais toujours remarquable. Dans les appartements, ils n'atteignent évidemment pas ces hauteurs, mais de nombreux spécimens de Ficus atteignent facilement 2 à 2,5 mètres de hauteur, au-delà desquels vous pouvez procéder à une garniture de confinement pour obtenir plus de plantes touffues. Les parties retirées des plantes pour la multiplication peuvent être utilisées.

Ficus benjamina (photo du site)

Espèces et variétés

le Ficus benjamina c'est une plante originaire d'Asie du Sud-Est, présente de l'Inde aux Philippines. Il a un tronc droit et élancé, souple et élégant, avec une couronne très dense. L'écorce est lisse et de couleur claire et a tendance à s'assombrir avec l'âge. Les branches sont fines et pendantes; A partir des branches des vieux spécimens se développent des racines aériennes colonnaires qui servent à répartir le poids du feuillage qui se dilate énormément horizontalement une fois arrivé à maturité. Ficus benjamina est une espèce à feuilles persistantes, les feuilles sont elliptiques à apex pointu, pétiolées, non coriaces; leur longueur est d'environ 7-12 cm, la marge est entière. La couleur est vert vif quand il est jeune tandis que la coloration est plus foncée quand les feuilles sont adultes.

le Ficus elastica il est également originaire d'Asie tropicale. Il a un tronc relativement mince et a tendance à se ramifier beaucoup. En fait, dans les lieux d'origine, il se présente avec une couronne déployée très horizontalement et soutenue par de longues racines colonnaires qui partent des branches. Les jeunes feuilles sont enveloppées dans une gaine rouge, sont ovales et pointues à l'apex, même de 30 cm de long et sont dotées d'un pétiole robuste. Les feuilles de F. elastica ont également une consistance coriace: ce facteur, en plus de la taille de la feuille et de la couleur de la gaine, permet de distinguer avec certitude le Ficus elastica du Ficus benjamina. La coloration des feuilles est vert foncé et brillante sur la partie supérieure, tandis que sur la partie inférieure elle est d'un vert plus pâle. Sur la page inférieure se détache la nervure centrale, qui est rouge et très saillante. Il faut se rappeler que celle qui vient d'être décrite n'est pas l'espèce typique mais est la variété Decora, une plante obtenue après de nombreuses hybridations. L'espèce typique, par exemple, diffère de la variété Decora par la forme des feuilles, qui sont nettement oblongues et non ovales.

le Ficus lyrata il est originaire d'Afrique tropicale occidentale et possède également, comme F. elastica, de très grandes feuilles brillantes et coriaces. Cependant, la taille des feuilles de F. lyrata peut être beaucoup plus grande que celle de F. elastica atteignant même une longueur de 60 cm et une largeur de 25 cm. De plus, les feuilles de F. lyrata diffèrent de celles de F. elastica également par leur forme, qui ressemble à celle du violon: en fait, l'extrémité de la feuille est beaucoup plus large que sa base. Les bords de la feuille sont nettement ondulés; c'est un autre élément distinctif avec F. elastica. Dans les lieux d'origine, le F. lyrata est un arbre imposant, dont la couronne atteint 8 mètres de diamètre. C'est une espèce à feuilles persistantes.

le Figue magnolioide (Ficus macrophylla) est originaire de l'est de l'Australie et est une plante imposante et majestueuse dans son habitat naturel, qui atteint une hauteur de 40 mètres. Il diffère du Ficus précédemment traité à bien des égards. Tout d'abord, le tronc des vieux spécimens est massif, volumineux et irrégulier, avec une écorce gris plomb. Les racines aériennes sont imposantes, en fait elles descendent des grandes branches et lorsqu'elles sont enterrées elles forment des colonnades très spectaculaires. Le feuillage est impressionnant, car c'est une plante qui se ramifie beaucoup, et pour cela elle doit être soutenue par les racines aériennes. L'élément distinctif le plus évident est donné par les feuilles. Les feuilles de cet arbre rappellent celles du Magnolia grandiflora (d'où le nom), elles sont donc entières, ont une forme ovale-elliptique et une longueur d'environ 25 cm. La similitude avec Magnolia grandiflora ne se limite pas à la forme des feuilles mais s'étend également aux caractéristiques des surfaces des deux feuilles. En fait, sur la page supérieure, ils sont verts, brillants et sans peluches, tandis que sur la page inférieure, en plus d'avoir une couleur verte plus claire, ils ont des écailles rouge-rouille. De plus, ils n'ont pas de pierre pointue comme chez F. elastica et F.benjamina. Tous les éléments précédemment décrits le différencient du Ficus qui lui ressemble le plus ou du Ficus elastica. La figue magnolioid a en commun avec le Ficus elastica et avec le Ficus lyrata les feuilles coriaces et brillantes sur la partie supérieure et lit une espèce à feuilles persistantes, une caractéristique commune de ce dernier également au Ficus benjamina.

Le genre Ficus comprend une énorme quantité d'espèces, dont beaucoup n'ont pas eu une grande diffusion commerciale comme F. elastica, F. benjamina etc. pour diverses raisons et sont principalement présents dans certains jardins botaniques. Les raisons de cette absence ou de cette diffusion limitée peuvent être attribuées au fait que certains d'entre eux ont peu de feuillage ornemental et pour cette raison ils ne font pas partie des espèces commercialisables, tandis que d'autres sont plus délicats et nécessitent une attention que souvent le simple passionné est incapable de l'offre et cela limite leur diffusion, ou plus trivialement car certaines variétés, bien que belles et intéressantes, ne sont pas connues du grand public, qui n'en a pas besoin. Cependant, ils méritent surtout d'être brièvement décrits pour offrir un panorama complet de ce genre et donc valoriser leurs connaissances.

le Ficus benghalensis trouve son aire de répartition d'origine en Asie du Sud-Est et en Afrique tropicale. Il peut atteindre 30 mètres de hauteur et possède des feuilles coriaces de forme largement ovale ou elliptique, dont la longueur varie de 13 à 25 cm. Les feuilles ont une couleur vert foncé avec des nuances de bronze lorsqu'elles sont jeunes, tandis qu'à l'âge adulte, le motif de veines claires est clairement visible à la surface des feuilles. Sur la page inférieure, un poil doux et court est détectable. Il émet des racines adventives des branches.

le Ficus buxifolia c'est une plante originaire du Zaïre, à croissance rapide. Les feuilles, mesurant jusqu'à 6 cm de long, sont coriaces et cunéiformes, portées par des branches fines et pendantes.

le Ficus cannonii c'est un arbuste qui atteint 3 mètres de hauteur, mais qui est très différent de ce que nous avons l'habitude de voir. Les feuilles ne sont pas coriaces mais membraneuses, atteignant 25 cm de long. La forme est très variée, du cordé au trilobé, toujours avec une nervure centrale rouge. Les deux feuilles sont chromatiquement différentes, en fait la supérieure est marron-violet, la inférieure est rouge-vin.

le Ficus diversifolia il est originaire d'Inde et de Malaisie où il n'atteint pas de grandes dimensions: on pourrait l'appeler un petit arbre. Les branches sont courtes et portent des feuilles largement obovales ou arrondies, à apex arrondi ou pointu. Les feuilles ont une couleur vert foncé sur la page supérieure, tandis que la coloration peut aller d'un vert plus pâle au fauve dans la page inférieure. Les fruits, de couleur jaune ou rouge, sont très ornementaux.

le Ficus formosanum (Ficus de l'île de Formose) est une plante aux feuilles rondes et persistantes, et a besoin de plus de lumière que les autres variétés. C'est très délicat.

le Ficus ispida (sin. F. oppositifolia), originaire d'Asie et d'Australie tropicale, est un buisson ou un petit arbre pubescent, hérissé dans toutes ses parties. Les feuilles, oblongues et non coriaces, ont la marge entière ou entaillée. Étant très poilus sur la page inférieure, ils sont particulièrement rugueux au toucher.

le Ficus neriifolia il se distingue par les feuilles étroites et brillantes qui rappellent celles du saule pleureur. Cette espèce émet facilement des racines aériennes, même dans les premières années de sa vie.

le Ficus pumila, originaire de Chine et du Japon, est une plante grimpante ou rampante, dont les branches sont dimorphes. En fait les jeunes branches sont minces et adhèrent au support avec des racines adventives. Ils ont de très petites feuilles ovales et pointues, de couleur vert foncé avec des côtes très saillantes sur la page inférieure. Les branches adultes, qui se forment cependant rarement sous nos latitudes, sont dressées et ligneuses et portent de grandes feuilles ovales-oblongues, entières, coriaces et brillantes. La particularité de cet arbre est qu'il se comporte comme un grimpeur: en fait, la plante a une tige inconstante qui est incapable de se soutenir. Sous nos latitudes, il est cultivé en le faisant adhérer à des supports, ou en laissant tomber les tiges si l'on veut utiliser le Ficus pour suspendre des paniers. Dans la nature, c'est une plante épiphyte, c'est-à-dire une plante qui vit sur une autre, en ne l'utilisant que comme support.

le Ficus religiosa c'est l'arbre sacré par excellence en Inde, planté près des temples, en fait il est communément appelé le figuier des pagodes. C'est un arbre originaire de Thaïlande et du Vietnam et c'est un grand arbre car il peut atteindre 20 mètres. Ses branches sont anguleuses, dressées et ont de nombreuses racines adventives et pivotantes. Les feuilles, longues pétiolées, sont en forme de cœur, ovales-triangulaires, mais se caractérisent par un appendice linéaire à l'apex, c'est-à-dire qu'elles ont une extrémité très aiguë. La forme de ces feuilles rappelle celle du peuplier noir.

le Ficus retusa il a une zone de diffusion très large qui comprend toute l'Asie tropicale, de la Malaisie aux Philippines jusqu'à Hawaï. C'est un grand arbre au port dressé qui ressemble beaucoup à F. benjamina. Les feuilles persistantes et coriaces mesurent 5 à 10 cm de long et ont une belle couleur vert vif. Les feuilles du Ficus retusa, brièvement pétiolées, peuvent prendre une forme largement ou strictement elliptique jusqu'à ce qu'elles soient obovales. C'est une plante très vigoureuse.

le Ficus rubiginosa c'est un arbuste tortueux et très ramifié même jeune, d'origine australienne. Il a des racines aériennes fittonanti qui serpentent ensuite sur le sol et poussent en formant des fourrés denses. Les feuilles sont coriaces, entières, oblongues et cordées à la base, de 8 à 10 cm de long. Les feuilles ont une couleur vert foncé tandis que sur la page inférieure, elles sont pubescentes lorsqu'elles sont jeunes puis glabres, à l'exception des côtes. Cette pilosité dense et fine qui est présente au stade juvénile de la plante, est de couleur fauve ou rougeâtre (de cette caractéristique dérive le nom de l'espèce) et rappelle la page inférieure du Magnolia grandiflora. Il existe également une variété de feuilles panachées.

le Ficus sicomorus c'est une plante originaire de Syrie, d'Egypte et du Soudan. C'est un arbre à très longue durée de vie qui atteint de grandes dimensions. Les feuilles sont symétriques et de forme variable: de largement ovales à elliptiques à presque circulaires, avec une surface rugueuse. La longueur est d'environ 8 à 10 cm, de couleur vert bleuâtre à l'état jeune, vert olive foncé à l'âge adulte.

le Ficus triangolaris il est originaire d'Afrique tropicale. C'est un petit arbre à feuilles persistantes à feuilles triangulaires, vert foncé, épaisses et charnues, de 5 cm de long avec des bords arrondis. Il existe également une variété au feuillage panaché, dont les feuilles ont une large marge de couleur crème, panachée du vert foncé au gris clair.

Ficus elastica var. décorer (photo du site Web)

Exigences environnementales, substrat, fertilisations et précautions particulières

Couche arable

Les ficus sont des plantes qui prospèrent dans un substrat avec un pH compris entre 5 et 6, donc légèrement acide, mais peuvent également se développer dans un sol neutre ou dans un sol résolument acide. Le sol doit être particulièrement perméable et fertile. La fertilité du sol est naturellement liée à la présence dans le sol lui-même de nombreux nutriments dont la plante a besoin, même s'il faut noter une certaine rusticité des différentes espèces de Ficus, qui peuvent continuer à vivre même dans des substrats assez pauvres. La perméabilité du sol est cependant une caractéristique essentielle. Cette importance est donnée par le fait que, s'il est vrai que les ficus aiment l'eau et un substrat humide, il est également vrai que ces plantes ne supportent pas ces substrats mal drainés, où l'eau stagne, et même pas les arrosages trop fréquents, où le sol, même si avec une bonne perméabilité, il n'a pas le temps de sécher. En effet, la pourriture des racines est l'une des causes de mortalité les plus fréquentes de ces plantes. Le sol le plus approprié est constitué d'un tiers de fumier mature, d'un tiers de sol foliaire bien décomposé et d'un tiers de sol dérivé. Un sol à base de feuilles de hêtre bien décomposées et d'argile, le tout enrichi en fumier, peut également être utilisé. Au lieu de cela, le sol acide utilisable est à base de tourbe, qui peut être mélangée avec de la terre de feuille ou utilisée exclusivement.
Nous venons de dire qu'il ne doit pas y avoir d'eau stagnante dans le sol. Cela signifie qu'il est important que le pot ait un excellent drainage, que l'on peut obtenir en plaçant beaucoup de matériau grossier sur le fond du pot (par exemple, dans un pot d'un diamètre de 12-15 cm, au moins 2 cm sur le fond doivent être en gravier ou argile expansée ou éclats de poterie cassés, etc.). Il est conseillé de vérifier de temps en temps que le trou de drainage du pot n'est pas obstrué par des résidus de terre, car cela signifierait que le drainage n'a pas été effectué correctement. En cas de stagnation de l'eau, la plante nous avertit de son état de souffrance avec le jaunissement et par la suite la perte des feuilles basales, et avec l'appauvrissement du feuillage dans son ensemble. Si, à la suite de cet événement, qui survient plus facilement en hiver, on constate que le drainage a été fait correctement, la souffrance de la plante est due à une administration excessive d'eau avec irrigation.

Irrigation

L'irrigation doit être très abondante et fréquente tout au long de la saison estivale, tandis qu'en hiver, la quantité d'eau doit être très faible. Il est difficile, en hiver, de donner un délai entre un arrosage et l'autre car si le Ficus est conservé dans un environnement chauffé (maison, bureau), l'intervalle de temps sera plus court, tandis que si la plante est conservée dans un environnement abrité mais pas très chauffé, comme peut l'être le terrain d'un immeuble, on peut dire que l'intervalle de temps entre un arrosage et un autre peut aussi être mensuel. Cependant, avant d'arroser, il faut toujours s'assurer des conditions du substrat, à partir desquelles on comprendra si l'irrigation est nécessaire ou superflue; cette prudence peut éviter des inconvénients désagréables. L'irrigation doit être comprise non seulement de manière classique, c'est-à-dire comme la quantité d'eau versée dans le pot, mais aussi comme de l'eau pulvérisée sur les feuilles. La fonction de ce type d'irrigation est précisément de fournir de l'eau à la plante à travers les feuilles. En fait, les feuilles sont pourvues de stomates, qui sont des ouvertures microscopiques qui régulent les relations gazeuses avec l'extérieur. En fonction des conditions de température extérieure et des besoins en eau de la plante, le vantail peut décider d'ouvrir ou de fermer ces ouvertures. Par exemple, les stomates peuvent être laissés ouverts lorsque la plante est en situation de stress hydrique, pour absorber l'humidité atmosphérique.
Puisque pendant l'été il faut essayer de maintenir une atmosphère humide, il est particulièrement recommandé de vaporiser de l'eau sur les feuilles (de préférence de l'eau de pluie, car elle est exempte de calcaire) et de passer sur les feuilles elles-mêmes une éponge ou un chiffon humide. Cet arrosage estival des feuilles a également pour objectif d'abaisser la température des feuilles et de nettoyer les feuilles elles-mêmes. La plante vivant dans un environnement protégé et fermé (appartement, bureau, etc.), une quantité considérable de poussière se dépose sur les feuilles jour après jour, qui ne peut pas être éliminée par l'action du vent et de la pluie précisément parce que la plante ne vit pas. en plein air. La poussière limite les fonctions des feuilles. En arrosant de l'eau sur les feuilles du feuillage puis en passant un chiffon, ou en laissant la plante à l'extérieur pendant un jour de pluie, la poussière sera enlevée et la feuille recommencera à végéter sans aucun obstacle.

Humidité atmosphérique

Nous avons mentionné à maintes reprises l'importance de l'humidité atmosphérique. Prêter attention à cet aspect peut être décisif, en particulier dans l'environnement domestique. Le taux d'humidité optimal est d'environ 70-80%, et pour obtenir cette humidité, il suffirait de placer une bonne quantité d'eau dans la soucoupe, qui, avec les températures présentes dans l'appartement ou le bureau, s'évaporera créant cette humidité atmosphérique à laquelle le Ficus ne ils peuvent abandonner. Il faut se rappeler qu'il ne doit y avoir aucun contact entre l'eau présente dans la soucoupe et le vase; donc un support de préférence en matière plastique, suffisamment haut, sur lequel sera placé le vase, doit être placé entre le pot et la soucoupe. Ce support en plastique est également utile pour séparer le pot de l'eau que nous administrons avec l'irrigation; sans cet expédient, les racines seraient toujours enveloppées dans un pain de terre humide et cette situation serait porteuse de pourriture des racines.

Éclairage

Il est nécessaire de prendre grand soin de l'exposition à la lumière du Ficus. En fait, ils n'ont pas besoin et n'aiment pas la lumière directe du soleil, mais ils préfèrent également les environnements lumineux. Les exceptions sont certaines variétés telles que Ficus diversifolia et Ficus pumila, car elles peuvent vivre dans des environnements très ombragés. Si pendant la saison printemps-été nous décidons de placer notre Ficus à l'extérieur, nous devons nous souvenir de cet aspect, c'est-à-dire beaucoup de lumière mais pas direct; nous placerons ensuite le Ficus sous un auvent en plastique transparent, ce qui assurera la luminosité nécessaire en évitant que la lumière du soleil frappe les feuilles. De plus, le Ficus peut être placé sous une pergola, ou sous un porche ou à l'intérieur d'une véranda; comme vous pouvez toujours le voir dans un environnement abrité. En effet, lorsque les rayons du soleil frappent les feuilles, ils présentent des brûlures et des décolorations, surtout s'ils ont passé la saison froide dans un endroit à l'abri des rayons du soleil. En hiver les plantes devront être logées dans la maison car, étant originaires des milieux tropicaux, elles craignent les températures très basses qui peuvent survenir notamment dans le nord. Même en hiver, la lumière est particulièrement importante, en fait ils seront placés près d'une fenêtre, à travers laquelle ils recevront la lumière nécessaire à la photosynthèse. Dans les régions du sud, où le climat reste doux tout au long de l'hiver, le Ficus peut rester à l'extérieur sans problèmes de lumière et de température.

Température

Ces plantes trouvent de bonnes conditions de vie dans les appartements et les bureaux, notamment en fonction de la température. En effet, dans ces environnements, la température, même en plein hiver, est toujours stable autour de 18-20 ° C. Cette température est suffisante pour que le Ficus vive et prospère dans l'appartement, même si la température idéale dont le Ficus aurait besoin serait légèrement plus élevée, soit environ 20-22 ° C aux heures de lumière, et environ 15-18 ° C la nuit. D'autres Ficus, comme F. benjamina, supportent également des températures minimales plus basses, autour de 13-15 ° C. F. pumila, qui est une espèce grimpante, peut également vivre avec une température de seulement 10 ° C et dans les zones au climat doux, elle vit à l'extérieur toute l'année.
Évidemment, il est impossible de reproduire les conditions de l'habitat d'origine dans notre appartement, cependant en adoptant quelques précautions minimales nous éviterons des souffrances inutiles pour les plantes, comme celles dues aux courants d'air qui peuvent se créer à l'intérieur des maisons, ou les chocs thermiques qui sont également particulièrement nocifs.

Multiplication et taille

MULTIPLICATION
- Coupe
La multiplication par boutures est certainement la méthode la plus utilisée et la plus simple pour produire de nouvelles plantes. Nous avons dit que la taille peut donner l'occasion de multiplier le Ficus présent dans notre appartement; cependant, il faut noter que les branches qui s'enracinent le plus facilement et le plus rapidement sont celles retirées du sommet des plantes. Des portions de branches de 5 à 10 cm de long sont prises, si nous voulons multiplier des Ficus tels que benjamina, pumila etc., tandis que si nous voulons multiplier des Ficus tels que F.elastica et F.lyrata les boutures peuvent être encore plus longues, entre 10 -15cm. La coupe doit être faite juste en dessous du point où les feuilles sont insérées, qui prend le nom de nœud; en fait, c'est précisément à partir du nœud que se développeront les racines. Les feuilles du nœud où nous avons fait la coupe seront supprimées car cette partie sera enterrée. Les feuilles qui restent à la surface seront coupées en deux pour éviter au maximum la transpiration, c'est-à-dire la perte de liquides. Les boutures ainsi obtenues seront plantées dans un substrat composé d'un mélange de sable et de tourbe à parts égales. La période la plus appropriée pour effectuer cette opération est d'avril à août, mais avec des méthodes différentes au fil des mois, car les conditions de température qui se produisent sur une si longue période de temps sont très différentes. D'une manière générale, il faut s'assurer que les boutures ont une température assez élevée, allant d'environ 18 ° C pour F. benjamina, jusqu'à 21 ° C - 24 ° C pour F.elastica et Ficus lyrata. Comme si cela ne suffisait pas, une humidité ambiante élevée est requise. Dans les mois d'avril à mai, pour atteindre ces conditions, il est nécessaire de placer les boutures dans un grand récipient profond, recouvert d'un film plastique transparent ou de plaques de verre, afin de créer la bonne humidité et la température nécessaire à l'intérieur du récipient. L'utilisation de cette mini-serre est due au fait qu'en avril-mai la température extérieure n'est pas encore de nature à favoriser le vieillissement et les baisses de température ne sont pas rares, ce qui peut arrêter l'enracinement et endommager les boutures. Les boutures pourraient également être logées dans la maison, mais dans les maisons, les radiateurs sont déjà éteints pendant ces mois et même ici, pour assurer la température et l'humidité nécessaires, il faut recourir à la mini-serre. Comme nous le verrons plus loin, l'utilisation du film plastique, pour assurer l'humidité nécessaire, n'est pas artisanale, mais est également utilisée dans les grandes entreprises de fleurs.
Plus tard dans la saison, lorsque la température commence à se stabiliser à 25-30 ° C et plus, en juin, juillet et août, la procédure de multiplication doit légèrement varier. Si nous appliquons la méthode décrite ci-dessus, nous risquons de voir les boutures pourrir et mourir. En effet, les conditions de température et d'humidité qui se produiraient à l'intérieur de notre contenant recouvert de plaques de verre ou de film plastique seraient excessives et, par conséquent, ne feraient pas prendre racine aux boutures mais à leur mort. Pour éviter cet épilogue, nous placerons les boutures dans un vase, placé dans un grand environnement chaud, comme peut l'être une serre, en évitant toujours une exposition directe aux rayons du soleil. Cet environnement doit être chaud mais aussi suffisamment ventilé; pour créer la bonne humidité, les arrosages, en cette saison et dans cette pièce, doivent être fréquents. Avec ces mesures, les conditions idéales d'humidité et de température sont créées pour stimuler l'enracinement.
Une autre méthode particulièrement simple pour obtenir de nouveaux plants consiste à enraciner les boutures dans l'eau; le rempotage aura lieu plus tard, lorsque le système racinaire sera suffisamment développé. Même avec ce système de multiplication, la température ambiante nécessaire doit être garantie.
Les grandes entreprises de fleurs pratiquent également la multiplication en hiver et, la technique étant similaire à celle qui vient d'être illustrée, je ne la mentionnerai que brièvement. Les boutures sont récoltées entre novembre et janvier, on les laisse égoutter le latex pendant une journée, après quoi elles sont placées dans un récipient chauffé à une température comprise entre 25-30 ° C. Le substrat est celui indiqué ci-dessus. Une fois la plantation terminée, arrosez abondamment et recouvrez le tout d'un film plastique, afin de créer l'humidité nécessaire à l'enracinement. Si les conditions sont optimales, l'enracinement a lieu après moins d'un mois, dans 20-25 jours, et les plants peuvent être immédiatement rempotés, bien qu'il soit préférable d'attendre le printemps suivant, en maintenant la température et l'humidité appropriées tout au long de l'hiver.
La multiplication de ce genre de plantes n'est pas particulièrement difficile, peu d'attention suffit; cependant, si nous ne voulons absolument pas échouer, nous pouvons utiliser des produits qui facilitent l'enracinement, c'est-à-dire des hormones d'enracinement ou rhizogéniques, qui stimulent la libération des racines et donc prennent racine.
- Margotta
L'autre système de multiplication est celui par superposition. La stratification est une technique de multiplication consistant en une série d'opérations, effectuées en mai-juin sur les branches les plus hautes. La première de ces opérations est une incision, faite au couteau, pratiquée dans l'écorce de la branche dont on aimerait faire un plant. L'incision peut également être provoquée par le serrage d'un fil de fer autour de la branche, dont l'épaisseur doit être proportionnelle à la branche. Une fois cette opération réalisée, il suffit d'enrober la partie de la branche incisée de sphaigne ou de tourbe puis de l'envelopper d'un film plastique, noué quelques dizaines de centimètres au-dessus et en dessous de l'incision. Il est important de faire de petits trous sur le film plastique pour permettre le passage de l'air, et un trou plus grand pour humidifier le substrat chaque fois qu'il semble sec.
Il existe deux autres méthodes secondaires de multiplication: la coupe des feuilles et la coupe des racines. La coupe des feuilles est particulièrement utilisée pour F. elastica, tandis que la coupe des racines s'applique à toutes les espèces de Ficus. Ce sont tous deux des systèmes de multiplication sous-utilisés.

TAILLE
Si nous avons cultivé la plante Ficus en respectant toutes les exigences requises par la plante elle-même, comme la température, le substrat, la luminosité, l'humidité, etc., pour vivre et se développer, nous aurons dans quelques années une plante très luxuriante qui occupera un espace de culture. Ensuite, une taille sera nécessaire, dont les résidus pourront être utilisés pour la multiplication. Il est préférable de tailler la plante au printemps, au redémarrage végétatif, même s'il est possible de le faire tout au long de l'année. Il est évident que la taille a pour but de contenir, dans certaines limites, le développement de la couronne; lorsqu'elle est justifiée par l'élimination des jeunes pousses, elle est appelée étêtage. La garniture oblige la plante à épaissir le feuillage, et permet donc d'obtenir des plantes plus buissonnantes et compactes, surtout si elle est pratiquée sur de jeunes plantes. En revanche, la taille des pousses herbacées sur des plantes très développées et adultes ne nous fera pas obtenir des plantes particulièrement épaisses; ce sera l'enlèvement des branches lignifiées pour stimuler la ramification et donc épaissir la végétation. La taille des plus grosses branches sera effectuée en hiver, également parce que pendant cette période le latex est moins abondant et ce qui en sortira devra être bloqué avec de la pâte cicatrisante.
Parallèlement à la croissance du feuillage, il y a la croissance des racines, et la plante peut avoir besoin d'être rempotée dans un pot plus grand, car le précédent est devenu insuffisant; ou il peut arriver que, bien que la plante soit déjà dans un grand pot, une réduction du système racinaire peut devenir nécessaire. Dans le premier cas, il suffit d'obtenir un pot plus spacieux, de trouver le sol convenable pour le Ficus, et de procéder au rempotage en faisant surtout attention au drainage. Ce rempotage peut être fait en toute saison. Dans le second cas, cependant, il faut enlever les racines; il est préférable d'effectuer cette opération à la fin de l'hiver ou au printemps. En effet, en mars-avril, la température n'est pas encore élevée et, comme il va falloir enlever une certaine quantité de racines, il est préférable de procéder pendant cette période car les besoins en eau de la plante Ficus sont plutôt limités. De cette façon, le Ficus ne souffrira pas excessivement de la réduction du système racinaire, comme cela se produirait si cette opération était effectuée au milieu de l'été, se manifestant par un flétrissement évident. Avant de couper les racines, il est nécessaire de les libérer du sol; des ciseaux tranchants doivent toujours être utilisés pour donner une coupe nette. La quantità di apparato radicale asportabile potrà essere anche della metà. Infatti le radici dei Ficus ricrescono in breve tempo e con facilità, per cui la pianta supererà questo momento abbastanza agevolmente. Non è possibile stabilire un intervallo di tempo fisso tra un taglio delle radici e il successivo, perché esso dipende anche dalle condizioni generali di salute della pianta. Se la pianta gode di ottima salute, alcuni segnali che ci avvertono della necessità del taglio delle radici possono essere la fuoriuscita delle radici dal foro di scolo, oppure il pane di terra sollevato rispetto al bordo del vaso, perché spinto in alto dalle radici. E possibile, però, ricordare una regola generale: quando il Ficus è giovane, il rinvaso può essere fatto anche ogni due-tre anni perché il suo sviluppo è rapido, quando la pianta ha molti anni, laccrescimento è più lento e possiamo ridurgli lapparato radicale anche dopo più di sette anni. Dopo aver collocato la pianta nel vaso ed aver versato il nuovo terriccio, è necessario pressare in modo deciso il terriccio intorno alle radici rimaste e annaffiare subito dopo. Nel periodo successivo presteremo qualche attenzione in più alla pianta rinvasata a cui abbiamo tagliato le radici per poter monitorare giorno dopo giorno la ripresa vegetativa e per non far mai mancare, come sempre, tutte le condizioni ottimali di vita.

Malattie e parassiti

I Ficus, come come tutte le piante, possono essere colpiti da malattie causate da funghi, oppure possono essere attaccate da insetti parassiti. Va sottolineato che i Ficus sono molto resistenti alle malattie, mentre sono sensibili agli attacchi dovuti a insetti parassiti, che provocano maggiori danni. Per evitare di avere piante pesantemente infestate, è opportuno monitorarle continuamente e con attenzione, anche perché alcuni insetti attaccano la pagina inferiore o si nascondono nelle gemme.
Tra gli insetti che aggrediscono i Ficus troviamo i tripidi, gli acari e le cocciniglie.
I tripidi sono piccoli insetti, appartenenti allordine dei Tisanotteri, i quali posseggono un apparato boccale pungente-succhiante. I tripidi provocano danni allapparato fogliare, sotto forma di deformazioni e bollosità; quando lattacco è avanzato, questi sintomi possono evolvere in delle tacche di colore marrone.
Altri tripidi, oltre alle deformazioni fogliari, provocano delle decolorazioni fogliari con strisce di colore verde chiaro a puntini. Alcuni tripidi possono attaccare la pagina superiore della foglia mentre altri quella inferiore ma in entrambi i casi leffetto causato dalla loro presenza è un rallentamento della crescita. Si combattono con prodotti a base di piretro.
Se sulla pagina inferiore della foglia troviamo delle ragnatele e le foglie cominciano ad assumere una colorazione giallastra, siamo di fronte ad un attacco di acari. Gli acari sono insetti affini ai ragni (classe Aracnidi), dotati di un apparato boccale pungente-succhiante come i tripidi. Provocano danni simili a quelli provocati dai tripidi ovvero decolorazioni sulle foglie, a volte puntiformi, e rallentamento della crescita. In più, le punture di questo insetto causano raggrinzimenti e incurvature del lembo della foglia. La condizione necessaria per il loro sviluppo è la secchezza dellambiente, infatti il loro periodo di massimo sviluppo è lestate. Se lattacco si verifica dentro una serra, la soluzione più semplice per combatterli è aumentare lumidità allinterno della serra stessa. La lotta agli acari è difficile perché essi si rifugiano nelle fessure della corteccia e delle gemme, e perché riescono a generare ceppi resistenti agli antiparassitari. Si possono combattere con alcuni dei prodotti usati contro i tripidi.
Le cocciniglie sono insetti emitteri che si nutrono della linfa delle piante. La cocciniglia che trattiamo è chiamata comunemente cocciniglia cotonosa ma il suo nome scientifico è Planococcus citri. Questa cocciniglia, oltre a rallentare lo sviluppo della pianta, per riduzione dellattivita fotosintetica, lascia sulle foglie una secrezione biancastra e cotonosa. I rametti attaccati deperiscono, le foglie ingialliscono e successivamente seccano. La presenza di cocciniglie è sempre la condizione ideale per lo sviluppo di una malattia chiamata fumaggine; la fumaggine è un fungo che prospera sulla superficie delle foglie in presenza delle secrezioni zuccherine delle cocciniglie. Per combattere questo insetto ci si può avvalere di prodotti chimici specifici, però si può anche adottare qualche sistema semplice, economico ed innocuo. Infatti, se le piante sono coltivate in un appartamento, in ufficio o comunque in un ambiente chiuso e abitato, è sempre sconsigliato ricorrere alla soluzione chimica, perché rischiamo di inalare noi stessi i prodotti usati contro i parassiti, e perciò ritengo sia giusto, ove possibile, promuovere soluzioni alternative. Infatti, basta una minima quantità di qualsiasi detersivo da stoviglie, diluito in acqua, per ottenere una soluzione saponosa, che, una volta spruzzata o distribuita con un pennello sulla pianta, contrasterà efficacemente il parassita. In alternativa, si ottengono gli stessi risultati utilizzando alcool denaturato, passato sulle superfici della pianta infestata con un batuffolo di cotone.
Eovvio che queste sono soluzioni ideali per ambienti domestici dove le piante non sono in gran numero ed hanno dimensioni limitate.

da I FICUS: GLI ALBERI DA SOGGIORNO di Paolo Pecchioli

Autres images (cliquez sur l'espèce)
Ficus hispida con frutti (siconi)
Ficus rubiginosa variegata
Ficus lyrata
Ficus elastica var. originaria
Ficus religiosa
Ficus nerifolia
Ficus pumila
Ficus elastica var. decora variegata


Vidéo: Big climbing Ficus, hedge trim, garden, plant, maintenance, topiary (Octobre 2021).